Chansonnier

 

À l’origine, ce chansonnier, d’un grand intérêt pour la connaissance de la musique polyphonique du XVIe siècle, comportait quatre parties distinctes : un Superius, un Altus, un Tenor et un Bassus. Le Bruxellensis IV 1274 constitue l’Altus et le Bruxellensis IV 90 forme le Superius. Il comporte vingt-deux chants à trois ou quatre voix, attribués notamment à Josquin des Prés, Johannes Ockeghem, Alexander Agricola et Pierre de la Rue. Les thèmes abordés traitent de l’amour, de la passion, de l’infidélité, de la tristesse, mais aussi de sujets religieux. Des miniatures de style dit ganto-brugeois accompagnent les chansons. Il est probable que l’utilisation de ce type de chansonnier soit liée à l’entourage de la duchesse de Bourgogne, Marguerite d’Autriche (1480-1530). Restaurée au XXe siècle, la reliure du manuscrit IV 1274 est l’œuvre de Ludovicus Bloc, un artisan brugeois dont l’activité est attestée entre 1484 et 1529.

Bernard Bousmanne

 

  • KBR - Cabinet des Manuscrits, ms. IV 1274
    [Chansonnier (Altus)]
    Pays-Bas méridionaux, XVIe siècle

  • KBR - Cabinet des Manuscrits, ms. IV 90
    [Chansonnier (Superius)]       
    Pays-Bas méridionaux, XVIe siècle.

 

Pour en savoir plus

  • B. Huys, « Chansonnier », dans P. Delsaerdt, J.-M. Duvosquel, e.a. (éd.), Cent trésors de la Bibliothèque royale de Belgique. Bruxelles, 2005, n° 34. - PDF à télécharger (662KB)

  • B. Huys, “Een onlangs teruggevonden zestiende-eeuws verlucht muziek-handschrift. Bronnenstudie en concordanties (Brussel, Kon. Bibl. Hs. IV 1274)”, dans Academia Analecta. Mededelingen van de Koninklijke Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van Belgïe. Klasse der Schone Kunsten, 53, 1993, p. 1-12.