logo KBR
logo SSTC
logo Belgium.be

 

Belgica est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque royale de Belgique. Elle donne accès à différentes catégories de documents patrimoniaux :

  • manuscrits, imprimés, cartes, partitions de musique, enregistrements sonores,
  • collections de monnaies, de médailles, de dessins et d’estampes.

 

Belgica, c’est aussi :

  • une bibliothèque de référence orientée vers les Belgicana,
  • un moteur de recherche indexant plusieurs milliers de pages de journaux,
  • des expositions virtuelles.

 

Belgica propose deux modes de consultation des documents :

  • par collections (présentation de l’ensemble des documents contenus dans une collection sans recherche préalable)
  • par résultats de recherche (présentation des résultats liés à un terme de recherche précis)

 

 

Objectifs

 

Belgica offre un accès gratuit et permanent au patrimoine électronique de la Bibliothèque royale de Belgique, ainsi qu’à des documents numérisés par d’autres institutions, vers les sites desquelles il renvoie.

Belgica s’adresse tant aux chercheurs qu’à un public amateur et curieux, désireux d’acquérir de nouvelles connaissances, en proposant une information scientifiquement fiable.
Belgica enrichit les outils de travail mis à disposition du public habituel de la Bibliothèque royale et permet de toucher un nouveau public en allant à la rencontre de ceux que l’éloignement géographique ou une mobilité réduite empêche de se rendre sur place.

Belgica contribue enfin à la préservation des collections de la Bibliothèque royale de Belgique, en privilégiant la mise à disposition de copies électroniques à la consultation des originaux.

 

Haut de la page

 

Aspects techniques

  • Aspects techniques de la numérisation

La reproduction numérique des documents est réalisée par le personnel du service photographique ou par d’autres membres du personnel de la Bibliothèque relevant des sections chargées de la conservation des documents, formés au scannage. Tout dépend du type de document à numériser et des impératifs liés aux mesures de préservation auxquelles un document peut être soumis.
Le travail de numérisation en interne est organisé de manière à trouver l’équilibre entre une qualité suffisante et le temps nécessaire à sa réalisation, le but étant d’offrir un maximum de contenu pour un temps donné. C’est pourquoi, les modes de numérisation (photographie ou scannage) retenus diffèrent en fonction du caractère «  patrimonial » ou « de référence » de l’ouvrage ou des collections concerné(s).
Tous les documents sont numérisés dans une résolution fixée à 300dpi.

 

  • Les pièces patrimoniales sont prioritairement scannées, pour autant que leur reliure puisse supporter une ouverture à 180 degrés. Dans le cas contraire, l’ouvrage est photographié.
    Les clichés sont conservés en trois formats (une version “brute”, une version d’archivage en TIFF et une version de consultation en JPEG) et les scans en deux formats (TIFF et JPEG).
    Des documents PDF sont créés au départ des TIFF pour les documents dont l’unité documentaire regroupe plusieurs clichés ou scans, sauf si leur consultation demande une capacité de navigation au sein du document (ex. cartes, manuscrits), auquel cas, un viewer adapté est utilisé.
  • Les ouvrages de référence sont uniquement scannés, le plus souvent de manière manuelle. Les ouvrages aux nombreux exemplaires identiques peuvent cependant être massicotés et faire l’objet d’un scannage automatisé. Dans la mesure du possible, ce type de documents bénéficie d’un OCR, soit de l’intégralité du texte, soit de la table des matières et des index seulement.
  • Les journaux sont numérisés et OCéRisés de manière automatique par une firme spécialisée. La Bibliothèque assure un contrôle qualité de la numérisation et de l’OCR des lots fournis par le prestataire, et se charge de l’indexation centralisée des différents titres numérisés.
  • Les documents sonores sont numérisés par une firme extérieure et peuvent être restaurés le cas échéant.

  • Aspects techniques de la consultation des documents numériques

Les documents sont mis à disposition dans Belgica dans une qualité d’image satisfaisante à l’écran, mais empêchant toute impression en qualité d’édition.

 

De manière générale, les documents textuels (imprimés, journaux) et les partitions de musique sont consultables sous la forme d’un document pdf, en raison du caractère principalement informatif de leur contenu.
Par exception, les ouvrages précieux de toutes catégories (manuscrits, imprimés, cartes) et l’ensemble des documents sonores sont consultables grâce à un outil de navigation adapté, permettant d’en apprécier tant le contenu informatif que les détails iconographiques ou de facture.
Tous les documents accessibles dans Belgica sont par ailleurs assortis de métadonnées descriptives et techniques, respectant les prescriptions internationales adoptées en la matière.

 

Haut de la page

 

Politique de numérisation

 

La politique de numérisation de la Bibliothèque royale de Belgique comporte deux volets :

  • la numérisation en interne, au cas par cas, dans le cadre du fonctionnement habituel de la Bibliothèque,
  • la sous-traitance à une firme spécialisée, pour les projets ponctuels de numérisation de masse.

Ce choix dépend du type de collections à numériser et du volume de pages à reproduire.

 

  • La numérisation en interne

Ce mode opératoire est érigé en règle de principe et est mis en œuvre au cas par cas en fonction d’un certain nombre de priorités :

  1. les images destinées à étoffer et éclaircir les descriptions catalographiques (ex. Estampes) ;
  2. les sous-collections qui constituent les noyaux du patrimoine de la Bibliothèque royale (ex. la Librairie des ducs de Bourgogne) ;
  3. les Belgicana, c’est-à-dire les ouvrages spécifiques à la Belgique et les publications belges ;
  4. les documents en rapport avec divers projets de recherche ou d’expositions menés ponctuellement à la Bibliothèque royale ;
  5. les documents fragiles, dont la consultation doit être limitée au maximum ;
  6. les pièces uniques et exceptionnelles.

 

En pratique, la numérisation en interne ne fait l’objet d’aucun financement structurel, ni ordinaire ni extraordinaire. Les opérations techniques sont réalisées au cas par cas, au service photographique et de manière décentralisée, au sein des sections où les documents sont conservés.

  • La sous-traitance à une firme spécialisée

Ce mode opératoire est systématiquement envisagé pour deux types de collections :

  • les journaux, en raison du grand volume de pages et de la nécessité d’un OCR (reconnaissance automatique de caractères),
  • les documents sonores, parce que leur numérisation nécessite un équipement technique particulier.

 

En pratique, la sous-traitance n’est envisagée que dans le cadre de projets ponctuels de numérisation de masse dotés d’un financement traordinaire.

 

Haut de la page

 

Presse

 

Belgica
Bibliothèque royale de Belgique
Boulevard de l'Empereur, 4
1000 Bruxelles

Communication/Presse : Joachim Spyns - Tél: +32(0)2-519.55.97